Ronaldinho passe sa troisième nuit derrière les barreaux

Ronaldinho et son frère sont accusés d’être entrés sur le territoire paraguayen en possession de faux passeports. 

L’ancienne star du football brésilien Ronaldinho passe sa troisième nuit derrière les barreaux à Asuncion pour usage de faux passeport. Ronaldinho a été arrêté en compagnie de son frère Roberto soupçonné du même délit. 

Ronaldinho avait été privé de son passeport par la justice brésilienne fin 2018, à la suite de sa condamnation à une amende de 2,5 millions de dollars (environ 2,25 millions d’euros), qu’il n’a jamais payée, pour avoir construit une jetée sans autorisation au bord d’un lac dans une aire protégée, selon les médias brésiliens. 

Ronaldihno, qui a joué à Barcelone et au Paris SG, a reçu dimanche plusieurs visites, notamment de ses avocats, dans le bâtiment de la police d’Asuncion où il est détenu en compagnie d’un député accusé de corruption et d’un ancien président de l’Association paraguayenne de football, sous enquête pour enrichissement illicite. « Ronaldinho n’a commis aucun délit car il ne savait pas que le passeport qui lui a été remis était un faux », a assuré son avocat brésilien, Sergio Queiroz, qui va demander lundi la libération immédiate du champion du monde 2002. 

La police paraguayenne a perquisitionné l'hôtel où logeaient les deux hommes et les enquêteurs y ont découvert de faux passeports confectionnés dans la capitale paraguayenne il y a quelques mois.

L’affaire a connu de multiples rebondissements. Ronaldinho et son frère ont été entendus une première fois jeudi, mais le procureur initialement en charge du dossier a estimé qu’ils avaient été « trompés » et a requis l’abandon des poursuites contre les deux Brésiliens « avec la condition qu’ils admettent avoir commis le délit dont on les accuse, c’est-à-dire la détention de faux documents ».

Les deux hommes ont à nouveau dû s’expliquer vendredi devant un juge. Ils ont quitté libres le bureau du magistrat à l’issue d’un interrogatoire de sept heures. Avant d’être rattrapés par le ministère public qui a émis un mandat d’arrêt demandant leur mise en détention provisoire.

Moins de deux heures après leur audition, le champion du monde 2002 et son frère se retrouvaient dans un fourgon de police pour être incarcérés.